Maladies fongiques de céréales, anticiper pour limiter le risque

cereale

Commençons par le choix des successions de cultures. Pour la plupart des parasites, la succession de blé favorise leur développement, a contrario l’enfouissement des résidus de culture après récolte limite aussi le développement des maladies. De ce fait, le choix des variétés est également important car certaines sont plus résistantes aux maladies. En dernier lieu, il est à signaler que plus la dose d’azote est forte, plus le niveau de la maladie sera élevé. Un équilibre est donc à trouver.

La fusariose se cache dans les résidus végétaux

La rotation culturale a une grande importance dans la maîtrise du risque d’infection. Les précédents sensibles, laissant place aux résidus contaminés, sont à éviter. Le choix variétal est l’autre levier majeur pour lutter contre les fusarioses de l’épi. Si la résistance n’est pas totale, il est possible de lutter efficacement contre la maladie en choisissant des variétés adaptées.
Le piétin-verse apprécie les rotations chargées en blé
Cette maladie est endémique, inféodée à la parcelle et dépendante de son histoire culturale. Les successions de blé favorisent la maladie qui se maintient d’une saison à l’autre sur les résidus de culture. Leur enfouissement pourra être bénéfique en éloignant en fond de labour les résidus infectés. Les fortes doses d’azote favorisent également le développement de cette maladie.

Le choix variétal améliore le contrôle de la septoriose

La présence de résidus pourrait participer à l’essor de l’épidémie mais à la différence du piétin-verse, la septoriose n’est pas une maladie à caractère parcellaire. L’inoculum initial n’est pas limitant. S’agissant de la date de semis, on constate généralement moins de septoriose sur les semis tardifs. Quant à la résistance variétale, des solutions existent, y compris parmi les variétés les plus cultivées, mais l’efficacité n’est que partielle et la résistance, comme pour d’autres pathogènes, est sujette à contournement. L’intérêt des mélanges variétaux continue à être évalué.

La rouille brune est arrêtée par temps froid

La rouille brune se conserve en été sur les repousses de céréales. Une canicule estivale peut alors réduire considérablement le niveau d’inoculum. Les semis tardifs sont moins touchés par la maladie, mais des densités de semis élevées seraient plus favorables à la maladie. Le choix variétal reste la valeur la plus sûre pour lutter efficacement contre la maladie. Les mélanges variétaux s’avèrent efficaces sur des maladies pathogènes comme les rouilles.

Lire la suite Le Soir Echos

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>